Il suffit de choisir le bonheur…

Malheureusement, je ne peux pas dire que je suis exactement là où j’ai voulu être dans la vie; maman divorcée, deux enfants en garde partagée, en appartement. Non, j’avais imaginé ma vie autrement; femme épanouie, belle petite famille qui déborde de bonheur inconditionnel, fière propriétaire d’une maison en campagne. Mais j’assume.

J’assume, car là où je me trouve en ce moment, est le résultat de ce que je suis et de mes propres choix. Des bons comme des mauvais.

C’est si facile de rejeter le blâme sur autrui quand tout va mal. Bien plus facile que de se blâmer soit même. Mais comprenez-moi bien, quand je dis se blâmer, ça ne veut pas dire nécessairement qu’on ne vaut rien et que l’endroit où l’on se trouve ne pourra pas éventuellement être différent.

Cela veut tout simplement dire de réaliser et d’accepter que ce qui ne nous convient pas ou plus, que ce qui nuit à notre épanouissement dans la vie et notre bonheur, que la situation dans laquelle on se trouve, n’est pas la faute des autres.

Ni du gouvernement, ni de notre éducation, ni de nos proches, ni des gens qui nous ont fait du mal. Non. La seule personne responsable de notre malheur, c’est nous.

La preuve, pourquoi des personnes ayant fréquentées la même école, ayant grandit dans le même pays, la même société véhiculant certaines valeurs fondamentales ont des aspirations de vie totalement différentes et des réactions et auront surtout, et c’est là la clé…des réactions différentes face aux problèmes de la vie.

Pourquoi? À cause des choix qui nous y ont menés. Car dans la vie, ont a toujours le choix, peu importe d’où l’on vient.

On peut s’appitoyer sur son sort, attendre que les autres nous sauvent ou que la solution miracle nous saute au visage, jouer la victime.

Ce qui veut aussi dire aussi qu’on est responsable de notre bonheur. On a le choix de rester les deux pieds dans une situation qui ne nous convient pas ou d’aller vers le meilleur.

Car on a le choix en tant qu’être humain, de réaliser qu’on s’est tromper, qu’on a pris le mauvais chemin vers un avenir qui nous convient.

On dit que tous les chemins mènent à Rome…alors pourquoi ne pas se dire qu’on va tous finir par s’y rendre un jour ou l’autre, mais que des fois le GPS fait défaut et qu’il faut simplement faire une mise à jour…

Il faut se relever et vouloir changer notre histoire. Sans rancune envers nous même. Croire en nous-même, en nos capacités plutôt qu’en nos faiblesses.

Se choisir, pour le meilleur et non pour le pire…

__L’encre à la mère

Parler de moi…mais pourquoi?

Secrètement,  j’ai toujours eu envie d’avoir un blog personnel car j’adore écrire.

Un jour, je discutais avec un ami peintre. Il me disait qu’il aimait lire les textes qui accompagnent mes toiles,  que je devrais écrire plus. À propos de moi, de ma vie, mes histoires… Je lui ai dit : « Parler de moi? Je ne vois pas ce que les gens trouveraient d’intéressant là-dedans. Ma vie est ben ordinaire. »

Il m’a répondu que beaucoup de gens se sentent seuls.  Parfois,  sans qu’on s’en doute, une petite chose que l’on vit et que l’on partage va toucher quelqu’un…et parfois, cette petite chose qui l’a rejoint fait une grosse différence dans sa vie.

Ah ben ça alors…sans le savoir, il venait de dire « la chose » qu’il fallait pour que je me lance et commence à  partager des textes sur mon blog L’encre à la mère. 

C’est pas que ma vie est plus intéressante ou plus belle que la vôtre…loin de là. Et ce n’est pas le but de mon blog.

Je n’ai pas envie de vous faire part de tous mes hauts et mes bas même si j’ai souvent l’impression que ma vie n’est faite que de ça. Une grosse montagne russe d’émotions. Mais  je me suis aperçue qu’en partageant mes pensées,  mes anecdotes, mes angoisses, mes joies…ça faisait réagir les gens.

Parce que dans le fond, même si on a l’impression d’être parfois tout seul à  vivre ce que l’on vit, ben je me rend compte à  travers les commentaires des gens, qu’on vit pas mal tous les mêmes affaires.

La différence je crois,  c’est ce qu’on en fait.

Alors si ce que je pense  ou ce  que je vis peut aider quelqu’un, tant mieux. Chacun y trouve son compte.

On m’a déjà demandé si je recevais parfois des commentaires négatifs suite à la publication d’un texte. Oh que oui!! Et c’est normal. On ne peut pas tous avoir la même opinion sur tout. Et je respecte ça.  Comme j’ai le choix aussi de publier ou non les commentaires désobligeants…

Bref, ce que je veux dire,  c’est qu’aujourd’hui,  avec les réseaux sociaux,  on a la chance de pouvoir atteindre plus de gens, de partager un peu notre vécu. Alors si vous avez envie de parler de quelque chose,  ne vous demandez pas si ça va plaire ou non, faites-le!

D’abord pour vous, car l’écriture est un exutoire extraordinaire.

 Et ensuite, qui sait, vous ferez peut-être la différence dans la vie de quelqu’un qui avait juste besoin que l’on mette des mots sur ce qu’il vit.  ❤

                                                                                            __L’encre à la mère 

Ce petit sac à deuils que l’on doit porter…

Dans la vie, il y a toutes sortes de tabous. La mort en est un. Un gros.

Dès la petite enfance, c’est un sujet qui nous fait peur. Les grandes personnes évitent d’en parler aux petits de peur qu’ils ne comprennent pas…alors qu’eux-mêmes ont bien de la difficulté à  l’accepter..

En fait, on agit comme si ça  n’existait pas...comme si le fait de ne pas en parler faisait en sorte que  ça n’existera pas. Jamais. On ne veut pas mourir. On ne veut pas voir les gens qu’on aime partir. Parce que la mort, c’est pas réel…c’est pas tangible. On ne veut pas y croire. Croire que ça peut arriver.

Jusqu’à ce que ça  nous frappe en pleine face. Je dis « frappe », parce que lorsqu’on perd pour la première fois une personne qui nous est chère,  c’est l’effet que ça fait. Un énorme coup de poing dans le coeur. 

J’ai perdu mon père il y a 9 ans. Le 14 decembre. Juste avant Noël. Une crise cardiaque foudroyante à 65 ans. La derniere fois que je l’ai vu, c’était  un mois plus tôt, lors de mon anniversaire. Il est décédé sans avoir le temps de dire au revoir à  personne. Et sans que personne n’ait le temps de lui dire adieu. 

Et c’est là que tu te rends compte que la mort, quand ça te touche de façon plus personnelle, c’est pas si irréel que ça  . Que oui, ça  peut arriver à  n’importe qui, n’importe quand. Comme ça ,  sans raison ni crier gare.

Et le pire dans tout ça, c’est que plus tu vieillis, plus tu réalises que tu perdras les gens que tu aimes. Et de plus en plus. Parce que la mort, aussi ridicule que ça  puisse paraître à dire,  ça  fait partie de la vie… c’est une petite étincelle de Big Bang qui s’éteint quelquepart dans l’univers . 

 Un petit souffle d’âme qui s’envole on ne sait trop où

C’est à  ce moment-là  que tu rassembles ta peine, tes regrets, tes « j’aurais donc dû… », ton amour et tes souvenirs pour cette personne qui t’as quittée et que tu  mets tout ça dans ton petit sac à deuils. Au début, tu le détestes ce petit sac de malheur. Tu le gardes toujours  bien fermé parce que l’ouvrir ferait trop mal. Tu le places sur ton épaule, comme un petit baluchon qui avec le temps deviendra toujours un peu plus lourd à porter.

Mais même si son poids te fait courber un peu l’échine, qu’il rend parfois tes pas un peu plus pénibles pour aller de l’avant, dis-toi que quand tu t’ennnuies,  t’as le droit d’arrêter sur le bord du chemin et l’ouvrir pour y regarder un peu…

Parce que dans l’fond, ce qui fait peur dans la mort, c’est que tout ce qui subsiste, ce sont les souvenirs dans le coeur de ceux qui restent. Et la mémoire étant une faculté qui oubli ,  on a peur d’oublier. Que les traits du visage s’effacent, que le timbre de la voix s’estompe…que le temps ne se souvienne plus et qu’ un jour on ne se rappelle plus de l’essentiel…

Mais malgré ce qu’on pourrait croire, malgré la peine que suscite un départ , la vie est drôlement bien  faite. Car non, on n’oubliera jamais. Parce que bien que la mort soit intangible et incompréhensible ,  ce qui fut jadis était bien réel .  Et le temps n’efface rien.

Le temps adoucit la peine et le petit sac à  deuil devient plus lourd…mais plus lourd de souvenirs heureux. 

Alors oui, tu as le droit, quand la nostalgie te tiraille le coeur ,  de l’ouvrir ton petit sac. D’y replonger un peu. 

Parce qu’avec le temps, même si parfois ça  peut être  long, ce qui se cache dedans, c’est de plus en plus beau.

 En tout cas, aujourd’hui, je regarde dans le mien et ça me fait du bien…❤

                                                                                                  __L’encre à la mère 

La vie d’adulte…

Parfois, je trouve que la vie d’adulte, c’est une bitch.

Quand on est enfant, on se créer des idéaux. Petite, on s’imagine princesse galopant à travers des contrées lointaines avec le prince charmant. Adolescente, on se voit faire un métier vraiment payant ou qui sauvera le monde (ça  dépend de vos valeurs…). On s’imagine faire le tour du monde avec un sac-à-dos, le coeur léger et explorateur.

L’innocence de la jeunesse fait en sorte qu’on ne voit pas la vie d’adulte avec des yeux réalistes. Dans un sens, c’est peut-être mieux comme ça…

Parce que je me verrais mal expliquer à mes filles que parfois, le prince est moins charmant que dans les contes de fée. Que tôt ou tard, il va laisser traîner ses bas sales pis manger la bouche ouverte. Que l’amour, tout en étant si beau, peut souvent faire des petites craques sur le coeur, pis qu’il faut s’arranger comme on peut pour les patcher.

Qu’à  15-16 ans, elles devront décider de leur avenir professionnel  alors qu’elles sont encore en train d’apprendre à  se connaître. Que ça  se peut qu’elles fassent des erreurs,  qu’elles aient fait le mauvais choix de carrière et qu’elles n’aient pas le métier rêvé qui les rendra riche et célèbre. Que sauver le monde, ça  se fait, mais à  pas mal plus petite échelle que l’on imaginait possible.

Que voyager, ça  coûte cher et que leur premier voyage risque d’être un tout-inclus cheap à  Cuba. Que faire le tour du monde avec juste un sac-à-dos devient un peu plus complexe quand tu as des enfants, parce que même si tu essaies vraiment fort de voyager léger, tu te ramasses avec la valise du char qui ferme de justesse.

On ne nous dit pas toutes ces choses là quand on est petit. Parce que je ne sais pas si en sachant cela, on voudrait encore grandir…

Si mes filles viennent me voir dans 20-30 ans en pleurant pour me dire que la vie, c’est pas toujours facile, qu’elles auraient aimer savoir tout ce qui les attendait, même le moins beau,  je leur répondrai que oui, la vie d’adulte, c’est rempli de déceptions, de mauvaises surprises et de responsabilités.

Mais qu’au fond, ce sont tous ces imprévus qui font la beauté de la vie, qui la rende palpitante. Que chaque jour est une surprise, parfois belle, parfois un peu moins. Que peu importe l’histoire qu’on nous a raconté quand on était petit,  en tant qu’adulte, on a le pouvoir d’en écrire une nouvelle page, mais cette fois-ci, à  notre façon.

Parce que même quand ton soleil est un peu gris, dis-toi qu’il brille quand même.

__L’encre à la mère. 

 

Vous protéger de ce monde qui devient fou…

Un jour, ma plus grande qui n’avait que 5 ans environ, m’a dit : « Maman, les méchants, ça  existent. Mais ils habitent tous aux pays des méchants. » J’ai trouvé  ça bien drôle. L’innocence d’un coeur d’enfant. Dans sa tête, difficile de s’imaginer que le mal existe. Tout le monde autour d’elle lui veut du bien. Les émissions qu’elle regarde ou les propos qu’elle entend de temps à  autre lui suggèrent que certaines personnes sont moins gentilles, mais ça  reste vague. Ça reste dans l’imaginaire.

Il faut les préparer à  la vraie vie. Et dans la vraie vie, y’a pas que des gentils. Mais comment on explique à  des enfants que le mal est bien présent? Sans leur faire peur…sans leur enlever la confiance en l’humanité ? Pour ma petite, les bandits, ça  volent des choses…comment lui expliquer qu’ils volent aussi des vies? Alors que la leur ne fait que commencer.

J’ai peur. Le mot est faible. Je suis effrayée de toute cette haine qui s’éparpille gratuitement et qui s’attaque aux innocents. Les guerres, les meutres, les enlèvements,  les viols, les attaques meurtrières…toutes des réalités qui existent depuis toujours, mais ce sont aussi tous des mots qui selon moi ne devraient pas exister. Des mots qui ne devraient jamais sortir de la bouche d’un adulte pour se rendre aux oreilles d’un enfant. Des images qui ne devraient jamais se rendre jusqu’à leurs petits yeux qui voient la vie en rose.

J’aimerais pouvoir leur éviter toutes les douleurs morales et physiques de ce monde qui devient fou. Parce que quand je pense à  leur petit coeur pur, que je pense à  mon coeur de maman si un jour il leur arrivait malheur…je ne le supporte juste pas. Je ne veux pas imaginer ça. Je pleure pour tous ceux et celles qui perdent un enfant, peu importe comment. Je suis triste pour ceux où celles qui apprennent un peu trop rapidement ce qu’est la violence.

Alors j’explique du mieux que je peux à mes filles ce qu’est le mal. Je leur dit que certaines personnes sont tellement tristes ou fâchées que parfois, elles deviennent méchantes et font du mal aux autres. Que certaines personnes ont parfois l’air gentilles mais que c’est un déguisement et qu’en fait , ce sont des monstres qui se cachent en dessous. Et ma grande qui me répond : « Oui mais maman, si on leur explique que c’est pas beau faire des bobos, peut-être qu’ils peuvent changer? Peut-être qu’ils peuvent redevenir gentils… » Et ma petite de rajouter :  » Pis si ils veulent pas pis qu’ils sont encore des bandits, ben les policiers vont les mettre en prison. Ils sont là  pour nous protéger  hein maman? » Si c’était si simple.

Il faut les prévenir des dangers, sans les effrayer. Leur expliquer de ne pas faire confiance à  n’importe qui tout en s’ouvrant aux autres. Les laisser vivre leur propre vie sans trop les éloigner de la nôtre. Comment leur apprendre à  pardonner l’impardonnable. Leur donner envie de rendre le monde meilleur même si on sait très bien que certaines pommes sont pourries et gâchent le reste du panier.

Je n’ai pas encore trouver les bons mots pour leur expliquer. Peut-être parce qu’en fait, il n’y a pas de mots justes pour justifier l’injustifiable. Alors en attendant, en retardant le jour où elles comprendront vraiment, je m’assure du mieux que je peux que cette porte qui mène au pays des méchants reste bien fermée.

__L’encre à  la mère. 

 

Bedaine et canicule.

Température ressentie 42 °. Je décide de me mettre en maillot de bain pour profiter des jets d’eau avec les enfants. Comme je déteste les maillots une pièce  qui  collent sur la peau une fois mouillée, j’avais mis mon bikini. Ma plus petite passe à  côté  de moi et me dit à  quel point elle le trouve beau ce costume là,  que c’est son préféré. Elle en veut un pareil quand elle sera grande, pour être belle comme maman. Deux secondes plus tard, ma grande passe à  côté  de moi, me tape sur le ventre et me dit : « Grosse bedaine! » Me v’là l’égo redescendu dans les talons.

L’été dernier, j’étais au top de ma forme. Plus en shape à  32 ans que je ne l’avais jamais été dans toute ma vie. Je courais en moyenne  20 km par semaine, fais plusieurs course de 5 et 10km. Je me sentais vraiment bien dans mon corps de femme. Je ne le faisais pas pour la perte de poids , parce que j’en avais même  pris. Dix lbs dans l’été, mais tout en muscle. Les cuisses dures comme de la roche, plus aucune cellulite, le ventre plat et les fesses rebondies. Mais outre l’apparence, je le faisais parce que sortir courir, c’était comme de m’accorder un moment pour moi toute seule.  Pourtant, cette année, la motivation est moins présente pour diverses raisons. Entre autre à cause de douleurs aux tibias qui tardent à  guérir, de manque de temps, et je dois l’avouer, j’ai un peu moins de plaisir en courant. Je ne sais pas pourquoi.

Donc veut veut pas, les fesses m’ont un peu rebaissées, mes cuisses sont moins fermes et le ventre moins plat. La gravité a bien fait sa job. Faque tout le long qu’on  jouait dehors, je me tâtais la cellulite, me regardais le petit bedon un peu mou, pis je désespérais.  Où est la femme début trentaine au max de sa forme comme de  l’an passé ?  Suis-je en train de me laisser aller et dépérir ? #mesensvieille 

Quand on regarde les photos des filles sur instagram qui se font des booty selfie, qui sont toutes « cut », qui se nourrissent de shakes  ou de quinoa, on se sent toujours un peu flasque, surtout après deux enfants. Mais bon, j’avoue, je suis aussi un peu du genre à  faire des selfies (esprit de compétion oblige) les jours où je me trouve pas pire ,question de me remonter un peu l’égo.  Pis sais-tu quoi? Je m’assume . Ben quoi, Jean-Pierre Ferland dit que c’est à  trente ans que les femmes sont belles…j’en profite avant que ça passe.

Mais bon, hier, c’etait pas trop une de ces journées là. Donc, malgré  la canicule, je me suis botté le derrière. J’ai mis mes running, du Pierre Lapointe full pin dans mes oreilles et je suis partie. Je ne misais pas sur ma vitesse ou ma performance comme j’ai trop souvent tendance à  le faire dernièrement . J’ai gambadé dans les rues le coeur qui s’allégeait un peu à  chaque pas. J’ai même essayé d’écrire mon nom (Jeanne) avec le GPS en courant, mais j’ai mufféScreenshot_2016-07-14-17-45-57~2  mon « a » et mon premier « n ». Je promets de réussir un jour. Et j’ai atteint le 5 km que je m’étais fixé.  Presque pas de douleur aux tibias et pas trop essoufflée.  Et pour une fois, depuis bien longtemps, j’ai eu du plaisir en courant. J’avais oublié que ce qui me motivait au départ était la tape sur la bedaine que ma fille m’avait donnée.

Je suis revenue en sueur, dégueulasse et déshydratée. Crevée mais heureuse. Pis je me suis demandée pourquoi  je m’etais laissée abattre par un simple petit commentaire sans méchanceté lancé par ma fille qui voulait juste rire. Pourquoi je me sentais laide, vieille et grosse…que je remettais ma vie en question? Pourquoi j’avais l’humeur en montagne russe étant donné que mon estime était maintenant revenu? J’veux bien croire que l’exercice fait du bien au moral, mais quand même…est-ce que je serais maniaco-dépressive sur les bords?

Pis là,  j’ai tout compris. La réponse m’est venue comme une illumination. Parce que y’a juste une raison évidente qui te pousse à  courir 5 km pis suer ta vie pour des raisons moyennes en pleine canicule…pis ca se résume en trois lettres…spm. Oups… #mauditeshormones

Je vais pouvoir remettre mon bikini…dans une semaine.

__L’encre à  la mère. 

Dans la cour des grands.

Ma grande de 6 ans, qui est en congé scolaire pour l’été,  s’ennuie tellement de l’école,  que ce matin, en jouant avec  les amis de ma garderie (j’ai un service de garde en milieu familial) , me dit tout sérieusement : « Maman, j’ai pu besoin d’y penser, je sais déjà ce que je vais faire comme métier quand je vais être une adulte.  Je vais être une professeur de maternelle! » Et honnêtement, lorsque je la regarde aller du haut de ses 6 ans, je suis persuadée qu’elle serait excellente.

À  son âge,  je faisais pareil, je jouais au prof avec ma petite soeur…ou mes toutous, mes c’était un peu moins dynamique. J’organisais des dictées, parce que ma matière préférée a toujours été  le français.   Je me souviens même qu’en sixième année, j’écrivais des histoires et des petites nouvelles dans un cahier Canada jaune. Et mon enseignante, Catherine, amenait parfois tout le groupe dans la cour d’école et lisait, à  l’ombre d’un arbre, ce que j’avais écrit. Wow…je ne pouvais pas être plus fière dans mon coeur de petite fille qui aspirait à  devenir écrivaine. J’ai un peu de peine car j’ai perdu le dit cahier que j’aimerais bien relire,  par curiosité. Pour retrouver cette imagination enfantine.

En fait, j’ai jamais été  capable de me décider sur un métier en particulier quant à  mon avenir. Je voulais être  comédienne, artiste.  J’ai pensé devenir enseignante. Ma passion pour les animaux m’a longtemps fait pencher vers la médecine vétérinaire, mais moi, les maths pis la science, pas trop un bon mélange. J’ai aussi pour mon dire qu’à 16 ans, quand on te demande de choisir ce que tu veux faire dans la vie, tu ne te connais clairement pas encore assez pour faire un choix éclairé, un choix permanent.J’avais trop de passions, trop de champs d’intérêts pour n’en choisir qu’un seul. Dans un certain sens, j’admire les personnes qui sont convaincus d’être fait pour un métier précis,  que quand tu les regardes, c’est juste une évidence que c’est ça  « leur » métier, que c’était quasiment dans leurs gènes. Comme si c’était tout tracé  d’avance.

Mon  coeur utopique et mon envie de changer le monde m’ont finalement dirigée vers le travail social. Oh que j’ai vite déchanté quand j’ai fait mon stage dans un centre jeunesse où je prenais les appels de signalements et que j’ai vu que la plupart des employés étaient en burn out. Je ne dis pas que le travail n’en vaut pas la peine, car ils s’agit quand même d’aider des enfants qui en ont besoin, mais je me connais, j’aurais été  du genre à  traîner cette énergie négative là avec moi le soir jusqu’à la maison. Parce que croyez-moi, on en entend des vertes pis des pas mûres…

Donc, après mes études, j’ai travaillé  dans un Tim Horton…pendant 7 heures. Pis finalement, j’aimais pas le style vestimentaire faque j’ai laisser tomber, malgré  le fait que le boss était quasiment déjà prêt à me nommer gérante et m’amener en vacances sur son gros yacht. Je doute un peu que c’était pour mon talent à  faire des « double double » pis servir des boston à  l’érable…on s’entend.#vieuxcochon Ensuite, j’ai décroché un emploi dans une clinique vétérinaire comme aide aux prises de sang, réception et tout.  Pour ensuite travailler dans une garderie et finalement ouvrir mon service de garde. Un beau métier, exigeant, mais qui me permet en même temps d’être 100% présente pour mes enfants.

Aujourd’hui, à  33 ans, je regarde la vie en face, pis je  ne suis pas encore certaine de ce que je veux faire comme carrière. De plus en plus, mon coeur balance entre l’écriture et l’art, mais pourrais-je  vraiment en vivre un jour? Est-ce que ce sont juste mes rêves fous de petites filles qui me rattrapent? 

 Je regarde mes princesses jouer et j’imagine.  Ma grande qui est fonceuse, ti-boss des bécosses, curieuse et passionnée…sera-t-elle vraiment prof de maternelle, scientifique ou une grande voyageuse? Ma petite qui est toute timide, très émotive, observatrice et attentionnée…Sera-t-elle une artiste, un médecin, une psychologue? Va savoir. Parce qu’en tant que parents, j’imagine qu’on se doit juste  de les encourager dans leur intérêts et les laisser aller en les accompagnant dans leurs passions, sans essayer d’influencer leurs choix.

Pis un jour, comme aujourd’hui mettons, tu te rends compte que ton emploi, c’est superficiel. C’est pour le matériel, pour mettre du beurre sur la table. Que ma job de rêve, ça  va paraître super  cliché,  mais je l’ai déjà.  Regarder mes filles grandir.

Ça, pis vous conter mes histoires comme si j’étais encore assise dans la cour d’école. 😉

_L’encre à la mère